Découvrir Paris par ses passages couverts

Lorsqu’on fait une virée parisienne, on pense tout de suite à faire les grands noms: Tour Eiffel, Arc de Triomphe, Montmartre et son Sacré Cœur, etc. Des lieux dont on ne se lasse pas mais Paris ne se résume pas qu’à cela! 

J’ai toujours aimé Paris, j’aime être emportée dans le tourbillon de cette ville qui jamais ne cesse de vibrer. On a toujours quelque chose à apprendre lorsqu’on y vient. J’aime son histoire, ses lieux cachés, ses bonnes adresses toujours plus nombreuses et variées, sa somptueuse architecture comparable à aucune autre. Bref, j’aime Paris. 

Lors de mon dernier passage j’ai décidé d’arpenter la capitale autrement. Je m’étais fixée l’objectif de ne pas prendre le métro pour découvrir Paris autrement, en me perdant au gré de ses rues et quartiers. Quelle belle idée c’était!

Puis j’ai décidé de la visiter au gré de ses passages couverts. Pour cela, j’ai suivi un itinéraire incluant cinq passages couverts. 

PASSAGE VERDEAU 

Je rejoins en premier le passage Verdeau, situé au 31 bis rue du Faubourg Montmartre, dans le neuvièmearrondissement. Construit en 1847 et se situant près de la salle des ventes Drouot, il abrite de nombreux antiquaires, vendeurs d’art et collectionneurs. 

Pour l’anecdote, le passage tient son nom de son promoteur et principal actionnaire, Jean-Baptiste Verdeau, inventeur du système de location de linge pour les hôtels et meublés de tourisme. 

Les deux passages suivants sont tout proches du Passage Verdeau puisqu’ils se trouvent dans la continuité de celui-ci.

PASSAGE JOUFFROY

Edifié en 1845 et long de 140 mètres, c’est le premier passage parisien à être entièrement construit de métal et de verre. Depuis 1882, c’est le musée Grévin qui en fait l’attraction principale. On peut également y admirer l’Hôtel Chopin, des librairies, salons de thé et bien plus.

PASSAGE DES PANORAMAS

Le prochain arrêt se fait au Passage des Panoramas, dans la continuité des deux premiers et c’est, selon moi, la plus charmante galerie découverte.

Construit en 1799, il s’agit du passage le plus ancien de la capitale et l’un des premiers passages commerciaux d’Europe. Deux rotondes dans lesquelles sont exposés des « panoramas » de la ville ont ainsi donné son nom.

J’ai adoré flâner dans ce passage, refuge de nombreux petits bistrots parisiens, boutiques comme dans l’ancien temps… On s’y croirait presque. Le charme parisien qu’on aime tant.

GALERIE VIVIENNE

Non loin de là, à 600 mètres seulement, se trouve la Galerie Vivienne dans le deuxième arrondissement. Tous comme les deux passages précédents, elle est inscrite aux Monuments historiques depuis 1974. Avec son élégante verrière, ses mosaïques, peintures et sculptures, elle en devient l’une des plus luxuriantes. Son accès permettant de relier rapidement les galeries du Palais Royal, la Galerie Vivienne est considérée comme celle créant le plus de succès.

PASSAGE CHOISEUL

Je termine ce petit itinéraire en passant par le Passage Choiseul, à deux pas de la Galerie Vivienne. Ce passage a été construit vers 1825 sur l’emplacement de quatre hôtels dont seuls quelques souvenirs sont restés. Il se compose d’une succession de maisons à quatre niveaux, toutes identiques. Depuis l’origine, la vie du passage est liée à celles des théâtres et à l’Opéra Comique principalement.

Il s’agit du passage que j’ai le moins aimé, de par son caractère trop ordinaire.

Paris regorge de lieux rattachés à une histoire passée dont on ressent pleinement les souvenirs aujourd’hui. J’aime découvrir et redécouvrir cette ville qui aura toujours tant à partager.

Paris est élégante, audacieuse, cultivée, secrète, surprenante; Paris frémit, Paris triomphe!

« C’est comme ça! A Paris, même s’il n’y a plus rien à voir, il y a encore tout à imaginer! Il n’est pas un pas de porte où il ne se soit pas passé quelque chose! »

Laisser un commentaire