Trois (merveilleux) jours à Copenhague

Nous sommes aujourd’hui le 27 mai, voilà déjà plus d’un mois et demi que je suis à Berlin et quand je regarde ces dernières semaines, je remarque ô combien j’ai déjà découvert. La plus récente aventure? Trois jours à Copenhague du 24 au 26 mai. Allez venez, je vais vous donner (terriblement) envie de vous y rendre à votre tour!

VENDREDI 26 MAI

Bon, on ne va pas se mentir, le réveil à 3 heures s’est révélé bien difficile … mais j’étais tellement excitée à l’idée de partir à la découverte de cette nouvelle capitale! Je me suis rendue à l’aéroport de Berlin-Tegel et y ai pris mon vol à 6 heures. J’aime tellement prendre l’avion: je trouve ça magnifique de me dire que tous ces voyageurs sont là pour partir aux quatre coins du monde. Mais mon moment préféré reste le décollage.

J’arrive à Copenhague vers 6 heures 45, avec trente minutes d’avance. Il est tôt mais je m’empresse de sortir, de prendre le métro pour partir directement vers le célèbre Port Nyhavn. A peine arrivée je suis déjà sous le charme de ses nombreuses façades colorées au bord de l’eau (nommée « Nyhavn » signifiant « Vieux Port »). J’ai été très chanceuse car j’y étais avant 8 heures et il n’y avait donc encore aucun touriste.

Je décide ensuite d’aller vers le quartier Christiania que je souhaitais visiter. Située au centre de Copenhague, il s’agit d’une ville libre créée en 1971 par un groupe de hippies venus pour squatter une ancienne base militaire abandonnée. Il faut marcher un petit moment à pied pour y arriver et le quartier semble être au milieu de nulle part.

Une fois arrivé, on sait directement que l’on rentre dans un tout autre « monde ». Les maisons y sont faites de « bric et de broc », les voitures personnelles sont interdites. Les habitants sont habillés dans un style resté assez « hippie » et se retrouvent pour fumer ensemble … des substances pas très légales bien sûr … Une zone interdite aux adultes y a été créée, on y trouve une épicerie, un café et un restaurant fait de matériaux bien modestes, un espace tout aussi spartiate pour s’y échanger ses vêtements, etc. Ils y ont d’ailleurs leur propre monnaie et leur propre drapeau (les trois points jaunes représentent les points des trois « i » de Christinia). Pour être honnête, je dois dire qu’au début je ne savais pas trop si j’y avais ma place, j’avais l’impression de m’immiscer dans leur intimité. Mais finalement j’ai beaucoup appris et j’ai adoré découvrir ce quartier si atypique! Maintenant les photos vont parler d’elles-mêmes…

Je suis ensuite partie poser ma valise à l’hôtel et suis repartie en direction du Palais Amalienborg. Copenhague est une monarchie constitutionnelle depuis 1849 et le Palais devint la résidence de la Famille Royale après l’incendie de leur première résidence, Christiansborg, en 1795. La visite du Palais est tellement intéressante! On y découvre le salon de la Reine Louise et le bureau de son mari le Roi Christian IX, ceux de Christian X et de Frederic VIII avec le mobilier d’origine. On peut également observer une belle collection de joyaux et divers objets appartenant à la Famille. Les différentes pièces sont somptueuses et je conseillerais à chacun d’y aller.

J’ai terminé la visite peu avant midi afin d’assister à la relève de la Garde Royale. Encore une fois, j’ai adoré être ici à ce moment-là car j’aime particulièrement ce folklore instauré au sein d’un pays.

Bon, après ça il m’a bien fallu une petite pause car le réveil matinal commençait à se faire ressentir et les kilomètres commençaient à s’additionner. Je suis donc allée dans un petit café, le Marble Church Café, non loin du Palais et y ai demandé « la pâtisserie la plus typique qui soit ». Ah oui, pour moi la découverte d’un pays passe inévitablement par la découverte culinaire … J’y ai donc dégusté un Kanelsnegl, brioche danoise avec chocolat, crème pâtissière et cannelle. Léger on a dit? Oups apparemment non … Je profite de ce moment pour regarder ces nombreuses photos déjà prises et me répéter à quel point je suis heureuse d’être ici!

Je me rends ensuite à seulement quelques mètres d’ici pour visiter le Musée du Design, situé dans un ancien hôpital de style rococo. Pour moi, il s’agit presque d’un passage essentiel lorsqu’on va à Copenhague, le Danemark étant connu pour être LE pays du design. Cette fameuse « déco scandinave » qu’on aime tant chez nous…

A l’intérieur est retracée l’histoire du design jusqu’à aujourd’hui. On y parle fashion, décoration, graphic design mais aussi phénomènes actuels tels que le développement durable dans un monde où on achète toujours plus. On y retrouve aussi des œuvres du célèbre designer danois Arne Jacobsen et une exposition temporaire (très intéressante) sur les chaises. Une exposition de porcelaines est également proposée mais je n’y suis pas allée.

Après cette longue et super journée, je me suis rendue à l’hôtel pour me reposer puis suis ressortie pour acheter à manger …Epreuve plus difficile que prévue! Mais je suis passée de nouveau dans le quartier du port et une nouvelle fois, j’en ai pris plein les yeux. Le calme du matin avait laissé place à la ferveur du soir avec ses nombreux bars et restaurants et c’était tout aussi agréable d’être ici.

Ma journée s’est finie en beauté lorsque je suis allée chercher mon amoureux à l’aéroport pour continuer le week-end et se créer de nouveaux souvenirs ensemble.

SAMEDI 27 MAI

Nouveau jour, nouvelles découvertes à Copenhague. Mais tout d’abord, retour au port pour le découvrir cette fois-ci, à deux. On choisit ensuite de faire la balade (en anglais) sur le canal. On y verra de magnifiques façades encore, la Petite Sirène (symbole phare de la ville), l’Opéra, le Parlement, l’Eglise de Notre-Sauveur. On passera également devant l’ancienne gare maritime reliant Copenhague à la Suède (transformée aujourd’hui en restaurant depuis la création du pont-tunnel Øresundbanen) ou encore le musée d’architecture construit en forme de Lego (la marque étant Danoise).

Quoi de mieux qu’un déjeuner sur le port?! Encore une fois je demande un plat typiquement danois et opte pour différents poissons. Un délice!

On se rend ensuite au Parc Tivoli en trottinettes, et … on s’est éclatés! Considéré comme l’un des plus vieux au monde, on peut y prendre une entrée seulement pour le parc ou bien un donnant accès aux attractions. On a choisi la deuxième option et j’en garderai de super souvenirs. L’endroit est paisible, on y trouve des lieux pour se poser et se reposer, beaucoup de lieux pour manger, de nombreux concerts comme ici un orchestre composé d’enfants jouant si bien! L’appel des attractions a vite retenti alors au programme chaises volantes (avec une super vue sur Copenhague), grand huit, « Bateau du Ciel », attraction la plus haute du monde jusqu’en 2010 (80 mètres),… Un moment rempli de frissons, de fous rires et par dessus tout de bonheur!

On rentre ensuite tranquillement à l’hôtel après une belle et longue journée. Bon, on fait quand même un tout petit détour par la rue Strøget pour y déguster une Bubble Waffle (et jouer les vrais touristes en passant par ces quelques boutiques de souvenirs)

DIMANCHE 28 MAI

Déjà la dernière journée ici et on en profite pour prendre notre temps. La pluie a décidé de se joindre à nous mais elle ne nous arrête pas pour autant. On passe l’après-midi dans la ville en commençant par la rue Strøget, rue commerçante piétonne des plus longues d’Europe. On se promène ensuite à travers les petites rues et on en vient à la conclusion que cette ville est définitivement un coup de cœur.

Vers 17 heures il est déjà l’heure de partir récupérer nos valises et de nous rendre à l’aéroport pour prendre nos avions.

Je rentre à Berlin enrichie de nouvelles connaissances et de nouveaux souvenirs qui jamais ne s’altéreront. Je garderai en tête ces 23 kilomètres à pieds le premier jour qui valaient tant le coup, une ville où le vélo a une place bien plus importante que la voiture, une communauté auto-gouvernée au cœur d’une capitale qui finalement semble être heureuse avec une vie minimaliste. Je continuerai de m’imaginer ces images du port dignes d’une peinture ou encore ce parc si parfait au cœur de la ville. Avoir vécu cette aventure danoise avec mon amoureux la rend encore plus belle et inoubliable.

N’ayez jamais peur de la vie, n’ayez jamais peur de l’aventure, faites confiance au hasard, à la chance, à la destinée. Partez, allez conquérir d’autres espaces, d’autres espérances. Le reste vous sera donné de surcroît. » Henry de Montfreid

Laisser un commentaire