Un road trip dans les Cinque Terre

Qui n’a jamais rêvé de décider sur un coup de tête de partir à la découverte de nouvelles contrées quand rien n’est anticipé ni planifié? On dit bien souvent que ce sont ces moments imprévus qui sont les meilleurs et cette fois plus que toutes j’en suis pleinement convaincue.

Le mois de juillet a décidé d’être plus éprouvant que les précédents pour moi, et j’adopte cette philosophie du « Il y a du positif dans chaque situation négative » et elle fonctionne à merveille. On est Lundi, ma meilleure amie est arrivée quelques jours plus tôt et je lui propose de partir nous créer de nouveaux souvenirs ensemble dans les Cinque Terre.

Ces dernières sont cinq villages italiens perchés colorés, entourés de vignobles. Depuis 1997 les villages de Monterosso Al Mare, Vernazza, Corniglia, Manarola et Riomaggiore sont inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO et deux ans après ont été rattachés au parc des Cinque Terre. Ils sont situés sur la Riviera italienne, au coeur de la Ligurie. Les villages sont construits sur des falaises, rendant leur accès difficile mais promettant une évasion incroyable.

Allez, venez je vous raconte notre périple!

LUNDI 20 JUILLET

Ca y est, la décision est prise, on part jusqu’à Jeudi! Nous réservons un camping parce que oui, camper était une condition sinéquanone de ce séjour. Nous savions que ça le rendrait plus fou encore. Nous prenons la route vers l’Italie en fin d’après-midi, toutes excitées et heureuses. Les gérants du camping nous avaient prévenues que les arrivées se faisaient jusqu’à 22 heures … Avec un GPS indiquant 22h18 comme heure d’arrivée, nous n’étions plus très sûres d’installer notre campement le premier soir… J’aime ce sentiment d’incertitude. Finalement nous étions attendues et c’est dans le noir que nous (ou plutôt Hélo?) montons la tente.

Ma question était tout autre: qu’allions-nous manger ce soir?! Sur les excellents conseils du camping, nous avons mangé à la Mela, inconditionnel restaurant italien de Levante, village dans lequel nous étions. Si je vous dis 11 pages de choix de pizza, vous comprenez mieux? Elles étaient excellentes, de vraies pizzas italiennes comme on aime et avec des prix… italiens! C’est bon, le séjour avait bien commencé.

Nous retournons au camping et savourons cette première nuit sous la tente, au coeur de la nature et avec l’impatience de découvrir enfin les Cinque Terre le lendemain.

MARDI 21 JUILLET

C’est officiellement le début du périple. Nous quittons Levante après une super nuit (me croyez-vous si je dis mieux dormir encore quand je campe que chez moi?!) et prenons la route vers un premier village: Vernazza. Il faut savoir que si on prend la voiture, il faut se garer sur des parkings avant les villages pour un tarif de 15€ et une navette gratuite se charge de nous emmener et venir nous chercher à la fin de la journée.

Notre émerveillement est immédiat. Dès l’entrée dans le (petit) village, les ruelles sont colorées, l’architecture témoigne bien de notre présence en Italie. Le Port est tout aussi joli à proximité de l’église Santa Margherita Di Antochia, dressée sur un rocher surplombant la mer, construite en 1318 dans un style gothique-ligure.

Pour 1,50€, il est possible de gravir quelques marches (pour nous préparer à ce qui nous attend après…) et accéder au Castello Doria ou Château de Vernazza dont la tour rappelle que la ville était fortifiée dès 1080. Le lieu nous permet une vue imprenable sur la mer et les falaises voisines laissant deviner que d’autres merveilleux villages se cachent derrière.

Et nous reprenons la route, sans savoir ce que nous promet le prochain village et surtout… son chemin pour y arriver! Lorsqu’on on découvre les Cinque Terre, il est possible d’accéder aux villages par différents moyens: la randonnée, le train, le bus et le bateau. Nous avons choisi la première option et à mes yeux, la meilleure.

Plusieurs sentiers sont possibles; nous avons choisi le sentier Azzurro (sentier bleu), accessible grâce à la carte Cinque Terre (valable un jour au prix de 7,50€). La longueur du sentier est de 3,2km et avec une hauteur maximale de 220 mètres. Les randonnées sont sans conteste les plus beaux moments de ce road trip (à égalité avec les moments passés au camping!). La chaleur rendait le parcours difficile, il y avait de nombreuses marches, des endroits escarpés mais le résultat est incroyable et comme on se sent fier et heureux après l’avoir fait… Les vues sur la mer sont indescriptibles, nous sommes au coeur des vignes, et c’est magique lorsqu’on commence à apercevoir le prochain village … Corniglia.

Corniglia est le village le plus central des Cinque Terre. Il date de l’époque romaine et tient son nom du propriétaire du terrain, une famille romaine nommée Cornelia. Chaque village ayant ses particularités, celui-ci est le seul des Cinque Terre a ne posséder ni de port, ni d’accès à la mer. La Via Feschi est la rue centrale de Corniglia et l’on peut y déguster une bonne bruschetta (pas les meilleures non plus!) et non loin, une délicieuse glace …

Bon, comme on peut le voir, il y a déjà pas mal de photos culinaires… Mais la découverte d’une culture passe (prioritairement) par là je crois!!!

Enfin, pour finir cette longue et mémorable journée, on décide de prendre le train en direction de Monterosso Al Mare, premier village des Cinque Terre. Nos efforts n’avaient pas été assez intenses apparemment, il faudra prendre un escalier de 382 marches pour accéder à la gare.

L’impression n’est pas la même lorsqu’on arrive dans ce troisième village. Contrairement aux autres, Monterosso Al Mare n’est pas perché et de premier abord ne dégage pas le charme de ses voisins. La ville parait plus balnéaire, notamment avec sa longue et célèbre plage aux parasols. C’est lorsqu’on continue et qu’on rejoint le coeur du village que sa beauté se dévoile. Il s’y trouve d’ailleurs l’église San Giovani Battista au style gothique, avec une jolie façade en pierres blanches et noires.

Déambuler dans le dédale des rues reste la meilleure option. Il faut savoir que les villages sont petits et il y a donc peu à faire. C’est aussi pour cette raison que pratiquer la randonnée pour découvrir les Cinque Terre est pour moi le meilleur choix. Savourer chaque effort en contemplant ce qui nous est offert est merveilleux.

C’est ainsi que s’est achevée cette journée, les étoiles plein les yeux et des souvenirs déjà plein la tête. Nous passons la soirée tranquillement au camping entre pâtes au pesto (local car oui, le pesto est originaire d’ici), jeux de société, musique et rires.

MERCREDI 22 JUILLET

Après une bonne nuit de plus sous la tente (c’est sans parler des bruits suspects autour de nous en pleine nuit ayant semé la panique!!), nous voilà parties pour découvrir les deux derniers villages, Manarola et Riomaggiore.

Nous avons cette fois-ci pris le train, après avoir su qu’il y avait une gare à Levante desservant chaque village des Cinque Terre. Pour autant, nous avons été contentes d’avoir pris la voiture la veille. Cela nous a permis d’admirer la route silloneuse, au milieu de la nature et surplombant la mer une fois de plus.

Notre premier arrêt est à Manarola qui, je crois, est mon village coup de coeur de ce périple. Une fois de plus, nous errons à travers les ruelles, vides. Eh oui, on sent bien que le Coronavirus est passé par là. Le mois de juillet bat son plein et la ferveur touristique a laissé place à un calme inédit. On doit se le dire, c’est dur pour le tourisme et les locaux mais une chance pour nous.

Avant de venir, j’avais repéré un lieu dans lequel je voulais absolument me rendre, Nessun Dorma. Il s’agit d’un bar à vin / tapas perché, offrant une prise de vue incroyable sur Manarola. C’est sans aucun doute mon lieu favori de ce séjour, les photos parlent d’elles-mêmes. Au son de la musique italienne avec un verre de vin local et de bonnes planches, un bien-être profond s’est installé. C’était incroyable. Le bonheur à l’état pur!

On peut dire que c’était le réconfort avant l’effort car une nouvelle randonnée nous attendait pour rejoindre le dernier village. Celle-ci a été à la fois la plus dure physiquement mais la plus belle mentalement. Nous avons marché pendant deux heures environ, sur des chemins dignes de ce nom, je ne sais pas!) rocheux avec de nombreuses marches formées naturellement et donc difficile à gravir. Mais cette fois encore, les paysages étaient si beaux, à travers les vignes, longeant la mer et avec un nouveau but: celui d’atteindre ce cinquième et dernier village.

A notre arrivée à Riomaggiore, nous n’avons pas eu un bon feeling. Nous trouvions le village morne, vide et sans le charme de ses voisins. C’est parce que nous sommes arrivées par le haut du village et descendant petit à petit, les vues étaient de plus en plus belles. Ma préférée reste celle que nous avons une fois au port.

Nous en profitons pour déguster une autre des spécialités de la région: les cornets de fruits de mer. Eh oui, il est bientôt 16 heures mais quand il s’agit de nourriture, eh bien … il n’y a plus d’heure! Nous en avions beaucoup entendu parler mais ce n’était pas exceptionnel.

Ca y est, les Cinque Terre n’ont maintenant plus de secret pour nous, nous rentrons une fois de plus comblées par ce que nous avons découvert. Le programme du soir est le même que celui de la veille: dîner au camping, jeux, baby-foot, discussions à refaire le monde…

JEUDI 23 JUILLET

Après avoir profité et m’être profondément ressourcée, il est grand temps de rentrer à la maison. Sur le chemin, nous nous arrêtons à Portofino pour visiter le village que nous ne connaissons pas encore. Bien qu’il soit très mignon, j’avoue ne pas avoir été très conquise… Il ne dégage selon moi pas le charme et l’âme que peuvent avoir les Cinque Terre.

Comme je l’écrivais au début, c’est avec cette expédition dans les Cinque Terre que je réalise ô combien les moments imprévus sont toujours les meilleurs. J’ai vécu une aventure formidable et me réjouis déjà à l’idée de vivre la prochaine. Merci à ma meilleure amie d’avoir partagé celle-ci avec moi et de l’avoir rendue si spéciale.

Le voyage soigne et rend heureux, c’est évident.

Je peux désormais cocher les Cinque Terre de ma « To do list » et ne peux que recommander à quiconque d’y aller. L’Italie regorge de merveilles.

« Le voyage est un retour vers l’essentiel. »

Laisser un commentaire