Une vadrouille de 3 jours à Rome

Lorsque j’offre un présent à un proche, j’ai une nette préférence pour les cadeaux « immatériels », ces cadeaux-expériences permettant entre autres, de créer de nouveaux et précieux souvenirs.

Une fois n’est pas coutume, à Noël dernier, j’ai décidé d’offrir à mon Amoureux une vadrouille à l’étranger pour cocher une nouvelle destination ensemble. Je voulais par contre ajouter une petite note originale que vous découvrirez ci-dessous…

J’ai donc opté pour Rome car il s’agit d’une capitale qu’il ne connaissait pas, non loin d’ici et aussi parce que j’adore l’Italie, ses couleurs, sa gastronomie, ses paysages, son architecture.

VENDREDI 25 FEVRIER

Nous sommes donc partis le Vendredi 25 février depuis Nice et à peine 1 heure plus tard, nous étions déjà arrivés à l’aéroport de Rome Fiumicino. Ce dernier est assez loin du centre de Rome et il est donc nécessaire de prendre les transports: train, bus ou taxi. Le trajet en train dure 30 minutes et coûte environ 14 euros. Nous avons pris le bus car il s’agissait du moyen le plus avantageux, seulement 6 euros et nous avons pu rejoindre Rome (arrêt Termini) en 1 heure.

Vous pouvez prendre les tickets directement en montant dans le bus ou bien via ce site Internet.

Une fois arrivés dans le centre, nous avons rejoint notre hôtel: j’avais réservé un hôtel très simple concernant le standing, le plus important pour nous étant la localisation mais aussi de quoi garder le maximum de budget pour … nos papilles!

Nous avons payé environ 260 euros pour 3 nuits, ce qui, pour Rome est très raisonnable!

L’adresse de l’hôtel était la suivante:

Hôtel Miami

Via Nazionale, 230 00184 Roma

Aussitôt arrivés, aussitôt repartis! Nous sommes allés dîner dans le quartier de Trastevere. Autrefois populaire, il est aujourd’hui l’un des quartiers les plus prisés pour sortir. Restaurants, trattorias, bars, … il y en a pour tous les goûts! J’avais repéré dans mon petit guide (que je recommande d’ailleurs vivement! Voici la référence) un certain restaurant… En arrivant, nous approchons le serveur et lui demandons une table pour deux. Il nous répond alors « Oui, il faudra faire la file juste ici »… File que nous n’avions pas du tout repéré. Autant dire que nous avons abandonné de suite bien que normalement persévérants lorsqu’il s’agit de bien manger! Le ton du week-end était donné: beaucoup de bonnes adresses romaines présentent des temps d’attente absolument énormes. Il en va de même pour de nombreux monuments d’ailleurs.

Le restaurant, ou plutôt la trattoria en question était Da Enzo et il n’est pas possible de réserver. Le deuxième repéré, tout proche du premier était également complet… Pour le coup il fallait réserver. Il s’agissait de la Trattoria Da Teo. A ce sujet, la trattoria désigne ces petits restaurants populaires italiens où l’on y vient pour « manger à la bonne franquette », avec une cuisine aussi simple que gourmande.

Nous avons finalement trouvé un petit restaurant juste à côté du premier cité, I Vascellari, qui était très bon. Au menu: spaghetti alla carbonara et tiramisu… le ton du séjour est donné!

Nous sommes ensuite rentrés à l’hôtel afin de nous reposer avant la belle journée du lendemain qui nous attendait.

SAMEDI 26 FEVRIER

C’est parti pour ce premier vrai jour dans la capitale italienne, prêts à en prendre plein les yeux, plein les papilles et à faire le plein de connaissances!

Quoi de plus typique que de commencer notre vadrouille par le Colisée? On n’imaginerait pas une virée à Rome sans faire un détour par cet impressionnant monument. Pour ce dernier, je recommande vivement de prendre les billets coupe file qui permettent de se rendre devant le monument à un horaire donné et d’y rentrer bien rapidement. C’est conseillé de s’y rendre tôt. Nous avons pris les billets ici, nous permettant aussi l’accès au Forum Romain et au Palatin.

Good to know! Les billets sont à 24 euros mais seulement 6 euros pour les 18-25 ans! Ah c’est beau d’être jeune… 🙂 Attention cependant aux nombreux « faux guides » essayant de vendre des tickets alléchants!

Le Colisée, aussi imposant soit-il, implanté au coeur de la Rome Antique nait de l’initiative de l’empereur Vespasien en 72 après JC avec une fin de construction en 80. Pour inaugurer l’amphithéâtre, son fils et successeur Titus décide d’organiser des jeux durant 100 jours et 100 nuits au cours desquels 5000 animaux (taureaux, lions, hippopotames etc) furent mis à mort. Par la suite, des gladiateurs furent aussi impliqués dans ces événements attirant de très nombreux romains (jusqu’à 60.000 personnes) parmi lesquels on retrouvait empereur, sénateurs, chevaliers et peuple romain, dont la plèbe. Les premiers ayant leur place gravée dans les gradins tandis que les derniers étaient les moins privilégiés. Enfin, femmes et hommes étaient séparés.

Le matin avait lieu la chasse, le midi l’exécution des animaux et l’après-midi les combats de gladiateurs avant que ceux-ci ne soient interdits au Vème siècle alors que ceux des animaux ne le soient qu’au siècle suivant. Chaque décision finale revenait à l’empereur et les vainqueurs se voyaient recevoir un prix (palme, couronne, argent ou autre objet précieux).

Après la chute de l’Empire Romain en 395 après JC, le Colisée a peu à peu été laissé à l’abandon avant d’être entièrement restauré au XIXème siècle. Il est classé au Patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1990.

Nous avons vraiment adoré (re)visité cet incroyable monument si riche historiquement et dont l’architecture suscite l’émerveillement.

Après cela, nous nous sommes dirigés vers le Forum Romain. Finalement, nous sommes d’abord allés déjeuner. J’avais repéré une adresse dans mon petit guide: nous avons attendu durant 1 heure … avant de nous apercevoir que nous n’attendions pas pour le bon restaurant! Ce fût un mal pour un bien car nous avons très bien mangé (la longueur de la file était de toute façon un indicateur évident!!).

Il s’agissait du restaurant Osteria Da Fortunata (voici leur page ici) pour lequel la réservation n’est pas nécessaire mais la patience, elle, sera donc requise. Au menu, pâtes amatriciana (sauce tomate, lard fumé ou guanciale, parmesan) pour ma part, pâtes on ne peut plus locales car on voit les petites mains les confectionner à l’intérieur du restaurant. J’adore cet artisanat! Mon Amoureux opte pour les gnocchis alla sorrentina (sauce tomate, mozzarella, parmesan, basilic). Pour clôturer ce déjeuner 100% traditionnel, rien de tel qu’un excellent tiramisu.

Le Palais de Venise

On se dirige ensuite vers le Forum Romain et le Palatin (les deux lieux étant inclus dans le billet utilisé pour le Colisée).

Situé entre le Capitole et le Colisée, le Forum Romain était un ensemble absolument grandiose de temples en marbre, basiliques et lieux publics animé par de nombreuses figures romaines telles que Jules César. On venait y célébrer les mariages, y organiser les jeux, des événements politiques, religieux, etc. De nombreux monuments ont été détruits durant le VIIème siècle après JC suite à des tremblements de terre, d’autres à cause de pillages. On y retrouve notamment le Temple de Vesta, celui de Saturne, l’Arc de Titus, le temple de Romulus.

Pour admirer le Forum Romain, on peut prendre de la hauteur en rejoignant le Mont Palatin, l’une des 7 collines de Rome.

Nous avons aimé ces lieux témoignant encore une fois de la richesse du patrimoine antique romain mais il est vrai qu’il est plus difficile d’imaginer la réalité telle qu’elle était il y a des siècles du fait que ce ne soit plus que des vestiges.

La fin de journée approche et il est l’heure de rejoindre … une école de cuisine!

Sur le trajet, on passe par le Panthéon, ancien temple bâti il y a 2000 ans, ayant beaucoup influencé l’architecture occidentale.

Quand j’ai pris les billets pour Rome à Noël, je voulais vraiment ajouter une touche originale et personnalisée à mon Amoureux. Quoi de mieux donc que de s’immiscer dans leur culture avec un cours de cuisine italienne?! Nous avons appris à faire la (vraie!) pizza romaine ainsi que la glace à l’italienne … Mais chut, je ne dis rien de plus, cela fera l’objet d’un prochain article… La seule chose que je peux dire, c’est qu’on a adoré. En fait, c’était le meilleur moment de notre escapade pour tous les deux.

Petit teasing …

Nous rentrons ensuite à l’hôtel.

DIMANCHE 27 FEVRIER

Nous commençons cette nouvelle journée de la meilleure des manières: par un brunch. Ma passion est telle que, même à l’étranger, j’aime agrémenter mon carnet d’adresses de brunchs. Mon Amoureux a trouvé une super adresse! Il s’agit de The Loft situé à deux pas du Vatican. Rien que d’y penser, j’ai faiiiim!
Vraiment je l’ai trouvé excellent. Il y en avait pour tous les goûts tant en sucré que salé. Planche de charcuterie italienne, toast avocat/saumon, pancakes fluffy au chocolat, tiramisu, … mention spéciale à la coupe de yaourt à la grecque avec du granola chocolat et la pâte à tartiner sur le dessus… un délice. Le tout accompagné d’un thé et de jus d’oranges pressées.

Les deux gérantes sont adorables.

Concernant les prix, il faut compter en moyenne 40-45 euros pour deux.

Bref je recommande ce brunch à 200%.

Après ce début de journée plutôt très gourmand, nous nous dirigeons vers le Vatican… nous n’avions absolument pas anticipé la foule! Ce n’est donc pas un mythe, le monde répond toujours présent dans l’Etat le plus petit du monde (la population y est seulement de 830 personnes environ). Là encore, la file d’attente est le maître mot de bien des monuments à commencer par la Basilique Saint Pierre. Nous nous contentons de l’admirer de l’extérieur et notre vue est donc déjà grandiose.

Concernant la Chapelle Sixtine, il est indispensable de réserver plusieurs jours à l’avance, chose que je n’avais pas faite car j’avais totalement négligé cette nécessité. J’avoue que j’ai été un peu déçue de ne pas pouvoir voir ces monuments emblématiques de plus près d’autant plus que je ne suis pas du genre à vouloir réserver toutes les visites avant une vadrouille, j’aime beaucoup laisser place à « l’improvisation organisée » (traduction: choisir à l’avance tout ce que l’on souhaite voir sans pour autant planifier précisément).

Pour autant, le Vatican était une belle découverte de par son architecture, la splendeur de cette place Saint-Pierre au centre de laquelle domine la Basilique.

Nous reprenons ensuite notre chemin en direction de la Fontaine de Trevi. Nous passons par de jolis quartiers, notamment la Via dei Coronari, célèbre rue de Rome.

La Fontaine de Trevi est le monument que nous avons préféré visuellement parlant. C’est en fait un véritable chef d’oeuvre. Construite au XVIIIème siècle, Neptune trône au milieu, sur son char entouré d’un cheval de chaque côté, l’un agité, l’autre calme faisant écho aux humeurs de la mer. L’eau est acheminée grâce à un aqueduc trouvant sa source à 19km de Rome et arrive par trois voies différentes, d’où son nom « Trevi » (« trois voies » en italien).

Nous ne dérogeons évidemment pas à la règle et jetons tour à tour notre pièce (dans la main droite, par dessus l’épaule gauche). Cette tradition remonte à 1954, dans le film « La Fontaine des Amours »: en jetant une pièce dans la fontaine, on s’assure ainsi de revenir un jour à Rome. Les dons récoltés chaque jour sont d’ailleurs reversés à une association caritative catholique.

Puisque nous n’avions apparemment pas assez joué les touristes à fond, j’ai cédé à la tentation des photos Polaroid des petits « vendeurs à la sauvette »… Je me suis connue meilleure négociatrice dans le passé mais tant pis, les photos sont belles et l’anecdote est rigolote!

Nous continuons ensuite de vadrouiller dans la ville et notamment dans le quartier Campo Marzio: nous découvrons la Piazza di Spagna (« Place d’Espagne »), tirant son nom de la proximité de l’ambassade d’Espagne. Ses escaliers sont très connus car ils permettent d’avoir une jolie vue sur la ville. Le quartier est également connu pour ses nombreuses boutiques de luxe.

Nous arrivons ensuite à la Piazza del Popolo (« Place du Peuple ») sur laquelle sont érigées deux églises baroques complètement identiques.

Le quartier est vraiment sympa, il compte de nombreux cafés, des ruelles intimistes aux jolis façades, des petites boutiques, etc. Nous avons beaucoup aimé.

J’avais peur que le Dimanche soit un jour presque ennuyeux à Rome mais en réalité c’était tout le contraire. Même si des lieux sont fermés, cela nous a permis de découvrir la ville de quartiers en quartiers, d’apprécier ses rues, son ambiance, son architecture, etc. Nous avons adoré!

Le soir nous avons dîné dans un restaurant non loin de l’hôtel, toujours aussi typique (on a clairement fait une cure de pâtes pendant ce week-end!). Je ne me souviens plus du nom mais bien que très bon, ce n’est pas THE adresse à connaître.

LUNDI 28 FEVRIER

Le dernier jour a sonné ! Bientôt il est l’heure de rentrer à la maison. Avant cela, une dernière petite matinée romaine nous permet de découvrir le célèbre marché de Campo de Fiori. Présenté comme l’un des marchés incontournables, dans l’un des quartiers les plus vivants de la ville, nous avons été clairement déçus. C’était pour nous un véritable attrape-touristes. L’un des moyens de le repérer, c’est de voir le nombre de « marchands » vendant des produits liquides (alcools, huiles, etc) dans des contenances idéales pour l’avion soit 100ml.

Le quartier quant à lui, est très sympathique.

Bref, une prochaine fois je préférerais aller découvrir le marché du site archéologique de Testaccio.

Clap de fin sur ce magnifique week-end! Nous avons adoré passer ces quelques jours à en apprendre plus sur la capitale italienne. Nous avons particulièrement adoré – sans surprise – la gastronomie et l’architecture qu’offre la ville. En revanche, nous avons beaucoup moins aimé la culture routière des Romains! On se demande encore à quoi servent les passages piétons…

En bref, je ne peux que recommander une escapade à Rome, en amoureux, entre amis ou en solo. L’Italie est définitivement un pays que j’adore. A quand désormais les Lacs Italiens, la Côte Amalfitaine ou la Sicile?!

« Voyager est un triple plaisir: l’attente, l’éblouissement et le souvenir. »

Ilka Chase

Laisser un commentaire