Vadrouiller malgré la crise sanitaire

On ne va pas se mentir, cela fait désormais un an que cette fichue crise sanitaire a débuté et elle parait interminable pour tous. Pour ma part, ce qui me manque le plus c’est les moments avec mes proches, les restaurants et … voyager.

Pour autant, comme j’aime trouver du positif dans chaque situation, j’ai réussi à en trouver là encore: ne pas pouvoir partir à l’étranger permet de parcourir et découvrir d’autant plus son propre pays. Et ô combien j’aime la France!

Bien souvent, on rêve de partir à l’autre bout du monde (j’en rêve toujours) mais on n’a pas conscience que le dépaysement et l’évasion sont possibles à seulement quelques pas de chez nous. D’ailleurs, j’ai réalisé que je rêve de découvrir une région, ma région: l’Auvergne. Finalement, je la connais peu, je la connais mal et je sais que dès que cela nous sera possible, ce sera le prochain arrêt.

Avant cela, j’ai la chance de découvrir la Côte d’Azur, ma région d’adoption que j’aime tant et je voulais partager ici aujourd’hui ce qu’elle m’a offert et m’offre pendant cette période si particulière.

UNE VIREE A SAINT-TROPEZ LE TEMPS D’UN WEEK-END

Lorsque nous allons à Saint-Tropez, j’aime autant la destination finale que la route pour nous y rendre. En effet, on emprunte la célèbre Corniche de l’Estérel, au coeur du Massif, cette route aux roches rouges n’ayant rien à envier aux Canyons américains. Elle est longue de quinze kilomètres, reliant Cannes à Saint-Raphaël. Chaque fois que nous la parcourons, elle permet un dépaysement total et je ne m’en lasse pas.

Saint-Tropez est un village que j’aime beaucoup, et d’autant plus à cette saison. La ferveur de l’été et sa vie mondaine laisse place à un petit village pleinement intimiste mais tout aussi coquet et charmant. J’aime me perdre dans le dédale de ses petites rues, contempler ses petits immeubles colorés et la beauté de son Vieux Port… tout en espérant, chaque fois, croiser son habitante si discrète, autrefois si mise en lumière mais toujours autant iconique …. Brigitte…

Il faut le dire, le village l’hiver (ou en période de crise sanitaire?), n’offre que peu d’activités. Mais il permet un changement d’air total et on se sent presque privilégié de voir Saint-Tropez si calme.

Le meilleur de ce court week-end « déconnexion » restera la chambre d’hôte dans laquelle nous avons dormi. Située à Gassin, à quelques minutes seulement de Saint-Tropez et au coeur de son Golfe, le bonheur était à son apogée. Il s’agit d’une ancienne bâtisse rénovée avec des matériaux nobles et une décoration chaude et charmante, au coeur de vergers et vignes. Au programme: dîner dans la pièce commune si familiale et chaleureuse, jeux de société, lecture au coin du poil, petit-déjeuner près de la cheminée, … Ces moments là nous confirment bien que la simplicité est la plus belle recette du bonheur.

Adresse: Domaines des Mésanges, 1 allée du Vivier 83580 Gassin

Le lendemain, après avoir savouré le petit-déjeuner, nous sommes passés par le haut village de Gassin pour admirer la vue sur sa nature, la mer et les montagnes puis sommes allés au marché de La Croix-Valmer, l’un des plus importants de la région.

VINGT QUATRE HEURES AU COEUR DE LA CAMARGUE

Deux semaines après, nous avons opté pour la Camargue, au coeur de la Provence, à environ 2 heures 30 de chez nous.

Après y être allée en vacances en famille plus jeune, j’avais hâte d’y retourner pour admirer la faune et la flore de la région.

Niveau météorologique, la période choisie n’était pas la plus optimale: nous nous serions bien passés de la tempête en guise d’accueil. Nous avons commencé ce court week-end par un arrêt aux Saintes-Maries-de-la-Mer, sous une mer déchaînée donc. Capitale de la Camargue, elle est également le lieu de pèlerinage des Gitans sous la protection de leur Sainte Patronne, Sara, la Vierge Noire.

Ce village aussi a ses saisons: très touristique l’été, il devient lui aussi ce petit village où chaque passant se connait et reconnait.

Avant notre activité de l’après-midi, nous avons parcouru la Route de Cacharel, réserve naturelle où cohabitent flamands roses, chevaux et taureaux entre autres. Les paysages sont incroyables, la flore y est toute aussi belle.

Pour s’immiscer encore plus au cœur de la faune et de la flore camarguaise, nous avons rejoint les écuries des Arnelles pour y faire une balade à cheval. Nous avons choisi d’en faire 1 heure 15 (il faut compter 23 euros) et c’était merveilleux. Nous passons dans les marais, dans l’eau même, tentant de nous rapprocher au mieux des flamants roses qui eux, préfèrent la discrétion. J’ai adoré ce moment en accord avec la nature, les chevaux, l’atmosphère était si paisible et reposante.

Le soir, nous nous sommes rendus à la chambre d’hôte. En fait, j’aime réserver ce type d’hébergement plutôt qu’un hôtel par exemple, car c’est s’intégrer dans l’histoire d’une famille quelques heures, quelques jours et y découvrir, bien souvent, des bâtisses pleine de charme, au passé chargé. C’était le cas pour celle-ci: il s’agissait d’une ancienne ferme construite avant 1600 à Paradou, proche des Beaux-de-Provence et à qui une nouvelle vie, entourée de chevaux a été offerte après avoir été abandonnée une vingtaine d’années.

Nous avons eu la chance de dîner avec les propriétaires, déguster un dîner élaboré par leurs soins avec des produits locaux et autour de discussions aussi passionnantes que leur projet.

Le lendemain, nous avons fait un arrêt à Fontvieille pour voir le Moulin de Daudet puis à Arles, cette ville si connue pour ses Arènes mais qui, avouons-le, est assez triste l’hiver, en temps de crise sanitaire. Pour autant, on y a déniché de belles pépites en nous rendant chez un brocanteurs aux nombreuses connaissances. Des vieux appareils photos, un livre de mode du XIXème siècle, un projecteur de cinéma des années 40 et bien d’autres encore … C’est en faisant ce genre de découverte que je constate qu’il n’est pas nécessaire d’aller loin pour faire de nouveaux apprentissages!

Adresse: Domaine Cap Rubis, 59 Avenue de la Vallée des Baux, 13520 Paradou

La Camargue est vraiment une région magnifique et j’ai déjà hâte d’y retourner l’été!

VOYAGER … CHEZ NOUS!

On n’est pas sans savoir que la Côte d’Azur regorge de merveilles (comme toute la France d’ailleurs!) et il suffit de faire seulement quelques kilomètres, voire quelques mètres pour en prendre plein la vue.

Alors voici quelques endroits que j’aime faire durant cette période.

LA TÊTE DE CHIEN – LA TURBIE

Il s’agit d’un point de vue situé sur les hauteurs de la Turbie, proche de Monaco duquel on peut admirer une vue à 360 degrés sur la Principauté, la mer, les montagnes, les caps, l’Italie. C’est devenu le passage incontournable lorsque que ma famille ou mes amis viennent me rendre visite!

SILLONER LA ROUTE DES MIMOSAS

Longue de 130 kilomètres et s’étendant de Grasse dans les Alpes-Maritimes à Bormes-le-Mimosas dans le Var, la Route des Mimosas indique bien son nom. Le village arborant le plus ces fleurs est le petit hameau de Tanneron. Au retour, nous avons fait un arrêt au lac de Saint-Cassien, à quelques minutes de là.

PIQUE-NIQUER SUR LE SENTIER DE LA MALA – CAP D’AIL

La Mala est réputée pour sa plage et ses eaux turquoises incroyables. Pour y parvenir, il faut emprunter le sentier du littoral, permettant d’admirer ses luxueuses villas et bien évidemment, la mer et ses roches. Rien de tel comme endroit pour y pique-niquer ou bruncher!

FAIRE UNE RANDONNEE AU FORT DE LA REVERE – EZE

Eze est connu pour son village pittoresque et perché, son jardin exotique mais encore plus haut, sur la Grande Corniche, se trouve le Fort de la Revère. De là, nous pouvons prendre des chemins de randonnée. Nous avons pris celui menant jusqu’à la Turbie, surplombant la mer, en pleine nature.

FAIRE DES RAQUETTES DANS LE MERCANTOUR – AURON

Les premières stations sont à moins d’1 heure 30 de chez nous, quelle chance! Nous nous sommes rendus à Auron pour y faire, non pas du ski mais des raquettes. Moyennant un coût de 20 euros pour 2 personnes, elles nous ont permis de découvrir des paysages que l’on ne prend pas le temps de contempler quand on descend les pistes.

Une fois de plus, notre beau pays a su nous prouver qu’il avait bien des merveilles à nous montrer, encore et toujours…

Et vous, quels ont été vos lieux préférés, vos plus belles découvertes pendant ces temps si particuliers?

Laisser un commentaire